Pourquoi je passe de Canon à Fuji?

Ca y est après une petite semaine de recherches j’ai décidé de me séparer de mon matériel Canon et d’investir dans le nouveau boitier X-T3 de Fujifilm. J’ai précommandé l’appareil, le battery grip et l’objectif XF 18-55mm f/2.8-4 R LM OIS, je devrais recevoir le tout le 20 septembre. Mais pourquoi ce changement soudain? Pourquoi me séparer de mon boîtier et objectifs actuels et surtout pourquoi quitter Canon? Aujourd’hui je vous explique la démarche qui m’a ammené à ce choix en espérant que cela vous aidera éventuellement.

Cela n’a pas toujours été le cas mais désormais j’essaie systématiquement de définir de façon précise mes besoins avant de me lancer dans le processus de recherche. À quoi bon éplucher des specs ou lire des tests de matériel si on ne sait pas ce que l’on cherche. Aucun appareil photo n’est bon à tout (et c’est applicable à tous les domaines), un appareil répond à un usage en particulier, il faut donc se poser la question de ce qu’on souhaite faire avec. Il y a certes des modèles qui sont polyvalents mais cela demande des compromis bien souvent sur la qualité ou l’encombrement.

Pourquoi ne pas s’aider d’un petit tableau pour choisir 😉

Dans mon cas c’est justement un changement d’usage qui me pousse à changer mon matériel. Je suis passé d’une utilisation principalement photo à vidéo. Ce n’est pas du tout les mêmes fonctionnalités qu’on recherche dans ce cas. Cela oriente donc les recherches mais c’est loin d’être suffisant, il faut rentrer dans le détail. Pour cela je catégorise les besoins: ce qui est nécessaire et ce qui est un plus (must-have vs nice-to-have).
Voici donc ma liste de « must-have »:

  • Un encombrement réduit. On souhaite faire de la vidéo en voyage et on se trimballe déjà avec un stabilisateur (DJI Ronin S) qui pèse assez lourd. De plus on essaie de ne pas avoir de bagage en soute donc tout doit tenir dans 2 sacs à dos y compris nos vêtements. Cela peut sembler contradictoire avec ce que j’affirmais il y a un peu plus de 2 ans sur ce blog car j’expliquais que pour moi le poids n’était pas un problème. C’était effectivement le cas à ce moment-là car je ne me déplaçais pas autant et je n’avais pas non plus un stabilisateur à transporter. De plus j’affirmais alors que les mirrorless nécessitaient de faire des compromis ce qui n’est plus le cas aujourd’hui à mon avis. Les temps changent!
  • Une meilleure qualité d’image. C’est un élément qui m’agace beaucoup avec le 70D. Autant pour de la photo je n’ai rien à redire autant je trouve la netteté en vidéo vraiment mauvaise. Il faut dire que je me suis habitué à regarder principalement de la 4K sur des écrans de bonne qualité alors ça n’aide pas. La 4K n’est pas un requis car au final je ne vais probablement pas produire de vidéo dans ce format car cela alourdit beaucoup le processus de production. Une meilleure qualité 1080p est donc suffisante.
  • Du matériel robuste. Ce n’est pas quelque chose qui me manque car le 70D est indestructible mais plutôt une caractéristique que je souhaite conserver. En voyage il peut arriver de subir la météo et de ne pas pouvoir se protéger rapidement. Il faut donc que le matériel supporte un orage ainsi que le froid (on habite au Québec quand même).
  • La possibilité d’enregistrer dans un format Log (ou flat). Cela permet de filmer avec un profil très neutre et par conséquent assez fade mais qui offre ensuite d’avantage de contrôle en post-production. En gros on peut comparer cela à la possibilité de prendre des photos en RAW mais pour de la vidéo.
  • Prise micro. Normalement toutes les caméras dans la gamme que je regarde offrent cette option mais c’est tout de même un requis.
  • Focus Peaking. En vidéo il est très fréquent de faire la mise au point manuellement. Il est alors très utile d’avoir une fonctionnalité comme le focus peaking qui affiche en surbrillance les crêtes qui se trouvent dans la plage de mise au point. Sur mon Canon 70D je n’ai pas cette fonctionnalité et j’ai d’ailleurs installé Magic Lantern (il s’agit d’un Firmware non officiel que vous pouvez installer sur les appareils Canon) pour cette unique raison car il ajoute le focus peaking et les zebras également.
  • Zebras. Là encore c’est une fonctionnalité très utile en vidéo qui permet d’afficher des rayures sur les zones surexposées.
  • Deux emplacements pour cartes SD (dual sdcard slots). Ahhhhhh si vous avez suivi les sorties de Canon et Nikon vous savez que c’est le sujet dont tout le monde a parlé. En ce qui me concerne j’ai dû acheter un logiciel de récupération de données il y a deux semaines (100$ l’air de rien) car l’une de mes cartes SD a été corrompue et je ne pouvais plus accéder à son contenu. C’est d’ailleurs cet évènement qui a fait que j’ai commencé à chercher un nouvel appareil.
  • Une meilleure performance dans des conditions de basse lumière. Là encore le 70D se montre vieillissant et offre des performances assez médiocres lorsque la lumière n’est pas optimale. Je compense par des objectifs très lumineux (Sigma 18-35mm f/1.8 et Canon 50mm f/1.8) mais ce n’est pas toujours pratique ou suffisant. En ce qui me concerne j’évite de dépasser 800 ISO car je trouve le bruit trop présent au delà.
  • Intervalometer intégré. Très pratique pour réaliser des timelapses que j’ajoute à mes montages. Pour le moment j’utilise Magic Lantern dans mon 70D mais c’est instable.
  • D’excellente performances en photo. Je fais aujourd’hui d’avantage de vidéo que de photo mais je sais qu’il y a des moment où je souhaite pouvoir continuer à prendre des photos et cela sans perdre ni en qualité ni en fonctionnalités.

On passe maintenant à la liste des « nice-to-have »:

  • Un écran articulé. Pour beaucoup c’est un élément qui serait dans la liste des « must-have » car cela permet de vlogger en tournant l’écran vers soi. Dans notre cas ce n’est pas le type de vidéos qu’on souhaite réaliser. Il y aura des passages où on va parler face caméra mais nous ne serons jamais les deux en même temps à nous filmer. Il sera donc bien plus pratique que l’un de nous deux tienne la caméra et ajuste l’exposition et la mise au point du même coup.
  • Rechargement par USB. En voyage c’est très pratique de pouvoir recharcher son appareil à l’aide d’une batterie externe (comme celles qui chargent les téléphones par exemple) car il arrive de ne pas avoir accès à de l’électricté pendant de longues périodes. De plus filmer requiert bien plus d’énergie que prendre des photos. En fait c’est un « must-have » mais je le place tout de même dans cette catégorie car il est toujours possible de trouver un chargeur de batterie USB plutôt que de brancher l’appareil lui-même au bloc de batterie externe.
  • Une vitesse en rafale de 7fps ou plus. Je ne fais pas spécialement de photo sportive ou animalière mais cela m’arrive régulièrement de capturer le bon moment grâce à une rafale.
  • Prise casque. C’est vraiment du « nice-to-have » car cela nécessite de se trimballer avec un casque pour vérifier le niveau sonore et la plupart du temps je fais confiance au mode automatique de l’appareil.
  • Mirrorless. Je sais cela peut sembler bizarre de considérer le fait que l’appareil soit un mirrorless comme un élément « nice-to-have ». Cependant ce sont tous les avantages d’un mirrorless que je considère comme du confort supplémentaire mais non nécessaire. Par exemple la possiblité de voir l’exposition réelle dans le viewfinder est un avantage non négligeable mais ce n’est pas non plus ce qui m’empêche de prendre d’excellentes photos aujourd’hui.
  • 4K. Je sais j’ai dit que la 4K n’était pas nécessaire et c’est pourquoi elle se retrouve dans cette catégorie. Bien que je ne souhaite pas publier de vidéos en 4K cela offre beaucoup de flexibilité lors du montage. On peut en effet facilement zoomer dans l’image sans que cela n’affecte la qualité. On peut même en recadrant l’image donner l’impression de réaliser un plan à deux caméras alors que ce n’est pas le cas. De plus cela permet également de mieux stabilser les plans en post-production sans trop perdre de résolution.

On s’arrête là pour la liste. J’ai donc une idée assez précise de ce dont j’ai besoin et à partir de là il est plus facile d’orienter les recherches puis de choisir. En parlant de recherches voyons maintenant les différents modèles que j’ai analysés.

Canon EOS R

Canon vient tout juste d’annoncer le EOS R qui est leur premier mirrorless plein format. Nikon vient d’ailleurs de faire de même avec les Z6 et Z7 et cela démontre bien que les deux géants ont pris conscience que cette technologie représente le futur des appareils photo et qu’il est temps de s’y mettre étant donné le succès de Sony dans le domaine.

Malheureusement je suis assez déçu par l’annonce de Canon. Je suis certain qu’il s’agit d’un excellent appareil très polyvalent qui séduira de nombreux photographes mais pour moi ce boîtier ne répond pas suffisamment à mes besoins et cela pour un prix relativement élevé de 2999,99$ (CAD). Tout d’abord les fonctionnalités vidéo sont très en retrait de la compétition. Cet appareil filme en 4K mais pas au delà de 30fps et surtout en appliquant un grossissement de 1.7 fois. En gros on se retrouve avec l’équivalent d’un capteur APS-C. Il faut donc faire attention aux objectifs qu’on utilise. En effet il faut alors multiplier la longueur focale par 1.7 pour retrouver l’équivalent. Une longeur focale de 24mm par exemple équivaut à 40.8mm. Autant dire qu’il faut prévoir l’achat d’un ultra grand angle pour pouvoir filmer en équivalent 24mm. On ajoute à cela le fait que cet appareil n’offre pas de 4K 60fps et on se rend compte qu’il est très en retard par rapport à des appareils Sony par exemple qui sont sortis il y a déjà un ou deux ans. A ce prix là je trouve cela dommage.

Le EOS R ne dispose pas non plus d’un second emplacement pour carte mémoire. Le Z6 de Nikon non plus d’ailleurs (on y reviendra) et c’est vraiment dommage. Le EOS R est un boîtier de dimensions similaires à celles du Sony A7 III et pourtant ce dernier dispose de deux emplacements pour cartes SD. Il n’y a donc pas d’excuse.

Et puis enfin il s’agit d’un capteur plein format. Pour beaucoup c’est un avantage, les boîtiers plein format sont souvent les boîtiers qui offrent une meilleure qualité d’image que les modèles APS-C ou Micro 4/3 et c’est également eux qui disposent des fonctionnalités professionnelles (comme deux cartes SD par exemple…). Cependant je pense qu’il y a beaucoup d’idées reçues à ce sujet. Je vous invite à visionner l’excellente vidéo de Zack Arias à ce sujet:

Il y a-t-il une si grande différence entre capteur APS-C et plein format?

Etant donné l’utilisation que je souhaite faire de mon matériel un capteur plein format représente d’avantage un inconvénient. Bien que les boîtiers plein format mirrorless disposent d’un encombrement réduit en comparaison avec les reflex classiques il n’en reste pas moins plus volumineux que leurs équivalents APS-C et surtout les objectifs ne sont absolument pas moins encombrants. Il n’y a qu’à regarder les objectifs annoncés par Canon pour la monture R qui accompagne le EOS R. L’objectif RF 28-70 f/2 est certainement incroyable en offrant une ouverture constante à f/2 mais il pèse tout de même 1430g à lui tout seul (c’est le poids de mon 70D et de mon Sigma 18-35 f/1.8 réunis) et le diamètre du filtre est de 95mm!!! Ce n’est donc vraiment pas ce que je recherche pour voyager.

Cela étant dit il y a énormément de choses positives à dire sur cet appareil mais ce n’est pas le sujet de l’article car elles ne s’appliquent pas à mes besoins 😉

Nikon Z6

Je vais passer sur le Nikon assez rapidement car pour moi cet appareil tout comme le Canon EOS R d’ailleurs n’arrive pas à la hauteur du Sony A7 III (en ce qui concerne les fonctionnalités vidéo tout du moins). On pourrait passer au travers des spécifications en détail mais au final elles sont équivalentes ou moins bonnes que le Sony pour le même prix.

De plus le Z6 lui aussi fait l’impasse sur un second emplacement pour carte mémoire ce qui est l’un de mes besoins. Au final j’ai vraiment l’impression que les appareils annoncés par Nikon et Canon vont probablement éviter une hémorragie de clients qui se tournent de plus en vers Sony pour le marché des boîtiers plein format mais je doute qu’ils arrivent à attirer de nouveaux utilisateurs.

Sony A7 III

Sony est désormais numéro un des ventes d’appareils photo plein format à objectif interchangeable aux Etats-Unis et ce n’est pas sans raison. Le A7 III est un excellent appareil qui combine des fonctionnalités photo et vidéo impressionnantes : un capteur rétro-éclairé (BSI) plein format de 24Mpx, une stabilisation 5 axes dans le boîtier (IBIS) de 5 stops, 693 points auto-focus, une détection auto-focus qui permet de faire la mise au point en continu sur un oeil, un enregistrement vidéo 4K en 24 et 30fps et en 1080p jusqu’à 120fps (tout ça en Log), une très grande autonomie pour un mirrorless (on peut facilement prendre 1000 images avec une batterie) et bien entendu deux emplacements de cartes SD.

Au delà des specs le Sony A7 III offre une excellente qualité d’image aussi bien en photo que vidéo. De plus Sony dispose désormais d’une offre complète d’objectifs d’excellente qualité (le 24-70mm f/2.8 G Master par exemple). Bref c’est un système très complet et polyvalent.

J’ai donc sérieusement considéré l’achat de ce boîtier cependant le prix des objectifs représentait un réel problème. En effet à 2599.99$ (CAD) le boîtier le Sony A7 est très compétitif par rapport à d’autres appareils plein format cependant il faut considérer l’écosystème au complet dont les objectifs font partie. Le zoom standard 24-70mm f/2.8 G est vendu pour la modique somme de 2899.99$ (CAD). Alors bien entendu c’est un excellent objectif mais au final quand on regarde l’offre disponible il n’y a pas tant de choix abordables. Il existe des adaptateurs qui permettent de monter des objectifs pour monture Canon EF par exemple mais il faut s’assurer de la compatibilité pour éviter les problèmes d’autofocus et cela ajoute un coût non négligeable.

J’ai même pensé à conserver mon Sigma 18-35mm f/1.8 car le A7 III propose un mode « Crop » pour la vidéo qui zoom 1.6 fois dans le capteur pour atteindre un équivalent APS-C. Cela permet de filmer en 4K avec des objectifs APS-C. Cela revient à peu près au même que de filmer avec le EOS R du coup. C’est viable pour de la vidéo car la 4K ne nécessite que 8Mpix mais pour de la photo ce n’est pas envisageable (et on oublie pas que je souhaite pouvoir faire les deux). J’élimine donc cette option.

De plus ces objectifs sont tous très lourds et volumineux (capteur plein format oblige). Une fois encore je ne trouve pas cela approprié pour voyager. Au final je trouve donc qu’il est difficile pour moi de justifier un tel investissement.

Mise à jour le 23 septembre 2018: Tamron offre désormais un 28-75mm f/2.8 pour monture FE de Sony. C’est une option beaucoup plus abordable que les objectifs Sony qui offre tout de même une très bonne qualité d’image. De plus l’objectif ne pèse que 550g. A considérer si vous êtes intéressé par les boîtiers Sony plein format.

Sony A6500

Du Full HD en 120fps, de la 4K, focus peaking, zebras, un encombrement très réduit (capteur APS-C), c’est un appareil qui sur le papier répond à beaucoup de mes besoins. Malheureusement il n’y a pas que les specs qui comptent. Cet appareil souffre de quelques problèmes qui sont pour moi rédhibitoires. Tout d’abord il surchauffe assez facilement lorsqu’on filme en 4K notamment. C’est un petit boîtier et il est donc difficile de le refroidir. Etant donné que je m’en servirai beaucoup pour de la vidéo c’est un problème important. De plus pour éviter cette surchauffe Sony a décidé de réduire la luminosité de l’écran au minimum lorsqu’on filme en 4K à tel point que l’écran est quasiment inutilisable en pleine journée. C’est donc pour ces raisons que je ne retiens pas le Sony A6500.

Panasonic GH5 – G9

Le GH5 c’est la machine de Youtuber par excellence. C’est un appareil qui offre d’excellentes possibilités vidéo dont un enregistrement 4K 60fps et un enregistrement 10 bits en interne. Malheureusement je me suis assez vite détourné de cette option car c’est un appareil essentiellement orienté pour la vidéo mais comme expliqué précédemment je souhaite pouvoir faire à la fois de la photo et vidéo. 
De plus le capteur Micro 4/3 signifie une performance limitée dans des conditions de lumière difficiles ce qui élimine definitivement ce boîtier de ma liste.

En ce qui concerne le G9 il reprend de nombreuses fonctionnalités vidéo du GH5 mais il reste d’avantage orienté photo. Mais là encore c’est un capteur 4/3 et surtout il n’y a pas grande différence de prix avec le Fuji X-T3 que nous allons bientôt aborder.

Panasonic – Futur boîtier plein format

Selon les rumeurs Panasonic pourrait sortir très bientôt un appareil plein format. Mais quand on voit que le GH5 pèse déjà plus lourd qu’un Sony A7 III j’imagine qu’il s’agira d’un boîtier assez imposant que je ne souhaite pas apporter en voyage (d’autant plus que les objectifs seront plus gros que ceux pour Micro 4/3).

Canon EOS 50M

Ce mirrorless de Canon est je pense un excellent appareil pour vlogger ou bien comme deuxième boîtier pour quelqu’un qui fait de la vidéo. Cependant cela reste un modèle relativement entrée de gamme chez Canon qui n’est pas résistant aux intempéries. Les objectifs pour la monture M ne sont pas les meilleurs et bien qu’il existe des adaptateurs ce n’est jamais une solution très pratique. De plus l’autonomie est très réduite (270 photos seulement selon le standard CIPA).

Fuji X-T3

On y arrive enfin. Dans la foulée des annonces de Canon et de Nikon le X-T3 a été présenté le 6 septembre dernier par Fuji. En ce qui me concerne je n’ai jamais été très intéressé par Fuji, je n’ai jamais étudié les specs de leurs modèles. Je n’étais même pas au courant que Fuji allait annoncer un nouvel appareil alors que de nombreux sites avaient déjà publié les fuites le concernant. Alors lorsque mon collègue Iuri m’a conseillé de regarder l’annonce de Fuji alors que je lui expliquais pourquoi le Sony A7 III me semblait une option satisfaisante mais très coûteuse, je dois bien avouer que je ne m’attendais pas à grand chose. Comme quoi, il faut se méfier des idées reçues.

Il y a quelques années Fuji ne pouvait être considéré sérieusement pour produire des vidéos avec leurs boîtiers mirrorless. Si le X-H1 a sérieusement changé cette image, le X-T3 ne fait que confirmer ce changement de position. Ainsi ce petit appareil (il est vraiment petit) propose un enregistrement 4K Cinema (4096×2080 et non du 3860×2080) jusqu’à 60fps avec un profil LOG et en 10 bits en interne! Le débit maximal atteint les 400Mbp/s là où le Sony A7 III propose 100Mbp/s. Il est possible de filmer en 1080p jusqu’à 120fps et l’encodage se fait au choix en H.264 ou H.265 (c’est cette dernière option qui permet l’enregistrement 4K en 60fps sur la carte).

En plus de ces options d’enregistrement le capteur est rétro-éclairé et offre une résolution de 26Mpx. Le boîtier est résistant aux intempéries et Fuji met d’ailleurs cet aspect très en avant. On dispose de 425 points autofocus pour une couverture de mise au point de 100%! On retrouve la détection de visage mais également de l’oeil pour une mise au point continue sur l’oeil qui s’avère assez efficace (j’ai pu testé). Le focus peaking et les zebras sont également de la partie.

Et devinez quoi? Dans ce petit boîtier APS-C qui ne coûte « que » 1899.99$ (CAD), Fuji arrive à faire rentrer deux emplacements pour cartes SDHC/SDXC UHS II. Comme quoi Canon et Nikon n’ont décidemment aucune excuse.

Cela fait plusieurs fois que je parle de « petit » boîtier mais il faut comprendre que c’est effectivement le cas. Il est quasiment identique au X-T2 et ne pèse que 539g contre 725g pour le GH5, 650g pour le Sony A7 III ou encore 660g pour le Canon EOS R. De plus je vous invite à jeter un oeil sur les objectifs. Le XF 18-55mm f/2.8-4 R LM OIS qui est un équivalent plein format 27-80mm statiblisé, ne pèse que 310g et il s’agit pourtant d’une lentille d’excellente qualité entièrement en métal et qui offre de très bons  résultats.

Bref cet appareil répond à mes besoins aussi bien en terme de photo que de vidéo tout en m’offrant un encombrement très réduit et une grande robustesse. Il va y avoir cependant quelques points faibles, c’est normal aucun appareil n’est parfait. L’autonomie par exemple est un peu limitée, il semblerait qu’on puisse filmer 45 minutes en 4K ce qui n’est pas si mal mais ce n’est pas excellent non plus. C’est pour cette raison que j’ai précommandé la version avec le battery grip qui permet d’utiliser un total de 3 batteries (attention les batteries additionnelles ne sont pas fournies avec le grip). De plus le rechargement par USB offre également un moyen de prolonger l’autonomie notamment en utilisant le Ronin-S qui peut charger l’appareil grâce au cable USB Type-C. Je vais perdre l’excellent Dual-Pixel autofocus de Canon qui permet une mise au point très naturelle et précise en vidéo mais celle du Fuji reste tout de même performante et d’un autre côté j’aurai enfin le focus peaking et les zebras intégrés au boîtier. Enfin je vais devoir dire adieu à mon Sigma 18-35mm f/1.8 que j’aime tant mais mon dos me remerciera et je serai certainement en mesure de prendre des photos beaucoup plus discrètement et d’obtenir par conséquent des résultats plus naturels.

A l’heure où j’écris ces lignes je n’ai pu essayer le boîtier qu’une trentaine de minutes, pas assez donc pour me faire un avis mais je devrais recevoir l’appareil très bientôt. Je publierai mes impresions très vite. A très bientôt donc.

5 réflexions au sujet de « Pourquoi je passe de Canon à Fuji? »

  1. Super article!
    Il manque un critère: « Le style » ahah 😉 Les fuji sont beaux! Comme les Leica!
    Tu as pu comparer aussi le traitement RAW d’un capteur X-Trans vs Bayer ? Tout le monde dit que le traitement est plus long et différent sur les produits Adobe du moins (et en photo), je ne sais pas si ça s’applique à la vidéo par contre.

    1. C’est vrai que le style est vraiment cool avec les Fuji! Je n’ai pas encore regardé les quelques RAW que j’ai pris la semaine dernière mais effectivement il semblerait que ce soit beaucoup plus lourd et pas très bien géré par Adobe. Je donnerai plus de détails quand j’aurai l’appareil. Pour la vidéo ça ne s’applique pas, c’est du H.264 ou H.265. Le H.265 est un codec plus récent qui offre une meilleure compression mais qui du coup demande une machine plus puissante. Dans mon cas j’ai tout de même une machine très performante donc ça devrait aller.

    1. Bonjour Mr Dijoux, comme je vous connais personnellement je vous envoie un aperçu en privé 😉 Des exemples seront bientôt disponibles sur le blog en public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.