Config de Gaming 2017

Voici ma configuration de Gaming 2017 qui allie de hautes performances avec un look pas piqué des hannetons. Détaillons ensemble les différents composants de cette machine de guerre capable de faire tourner n’importe quel jeu récent avec les settings en ULTRA en 1080p@60fps!

La carte graphique : Asus 1080 GTX Strix A8G

Un beau jour de sortie de Ghost Recon Wildlands, je me lève, allume ma tour de gaming et télécharge les 50Go requis pour jouer au dernier titre de Ubisoft. Je me dis qu’à 110$ le jeu avec le Season Pass il y a plutôt intérêt à ce que mes potes d’Ubisoft Montréal me paient un coup à boire (je sais le jeu n’a pas été développé au Québec mais on s’en fout). Et puis la dure réalité me rattrape lorsque je commence à jouer dans les paramètres du jeu, ma Asus 970 GTX Strix a déjà une génération de retard et elle ne fera pas tourner ce jeu en « ULTRA » à 60fps. Baisser la résolution me dites-vous? Non mais puis quoi encore, allez c’est parti on change de GPU!

Ma 970GTX me convenait parfaitement jusqu’à ce que Ghost Recon Wildlands ne fasse son apparition dans ma bibliothèque Steam

Quand il s’agit de choisir du matériel informatique j’ai des idées bien tranchées, il y a des marques que j’aime et d’autres que je ne souhaite même pas considérer. Pour les cartes graphiques je n’achète que du NVIDIA, c’est toujours une valeur sûre, les drivers sont relativement stables et la plupart de mes jeux offrent des fonctionnalités spécifiques aux cartes NVIDIA. Evidemment parmi les cartes de dernière génération la 1070 GTX est certainement le meilleur rapport performance / prix. Cependant je cherchais une carte haut de gamme capable de faire tourner presque n’importe quel jeu récent à fond d’autant plus que je joue le plus souvent sur 3 écrans pour une résolution totale de 5760×1080. La 1080 GTX me faisait donc de l’oeil. Alors bien entendu la 1080 GTX Ti allait bientôt être disponible au moment de mon achat mais avec un prix de 1100$ CAD environ, ça sortait de mon budget d’autant plus que la 1080 GTX était évidemment soldée.

Bon nous disions donc une 1080 GTX mais reste à savoir de quel constructeur. La version NVIDIA hors de question, je trouve le look banal et franchement un seul ventilateur? Etant donné que j’avais déjà eu deux cartes Asus j’ai tout de suite regardé ce qui était proposé de ce côté et une fois encore ça m’a convaincu. J’adore le design avec les 3 ventilateurs, la carte est très silencieuse tout en étant légèrement overclockée (1.8Ghz en sortant de la boîte au lieu de 1.6Ghz pour la version de NVIDIA). A l’aide d’un petit logiciel fourni (GPU Tweak II) il est super simple de monter la fréquence en quelques clics. Sachez qu’il est également possible d’utiliser l’utilitaire AfterBurner de MSI qui est bien plus stable. Perso je roule à 2Ghz sans aucun problème de stabilité. Mais par dessus tout: des LEDS! Et oui c’est la mode, tous les composants sont maintenant disponibles avec des leds, totalement inutile donc indispensable. Asus appelle ce système Aura, il est disponible pour plusieurs composants ce qui permet de synchroniser les couleurs et effets.

Alors elle est pas belle cette carte?!?

Le boîtier : Thermaltake Core P3

Le boîtier n’est certainement pas la première chose à laquelle on pense lorsqu’on construit une configuration. En ce qui me concerne je considère même cette pièce comme étant facultative comme en témoigne l’image ci-dessous.

Après avoir acheté ma 1080 GTX je me suis rendu compte que je m’étais planté d’un centimètre dans mes mesures du boîtier et qu’elle ne rentrait pas. Le genre de petite erreur qui comme vous allez le constater peut avoir de grosses conséquences. J’ai donc récupéré une planche à découper, vissé la carte mère dessus (en prenant soin d’utiliser des espaceurs) et branché la carte graphique. Evidemment cela fonctionnait parfaitement, il n’y a aucune différence entre une planche à découper ou un boîtier haut de gamme à 300$ d’un point de vue performance. Bon par contre on peut pas dire que ce soit super pratique, les disques durs en vrac sur le bureau et l’allumage du PC à l’aide d’un tournevis (suffit de faire contact au bon endroit) c’est quand même pas top.

Du coup je me suis mis en quête d’un boîtier ouvert. Et oui l’idée de pouvoir admirer ma nouvelle carte graphique équipée de LEDS avait fait son chemin. Dans ce domaine il y a finalement peu d’offres sur le marché, j’ai même été assez déçu de ne pas avoir plus de choix. On trouve beaucoup de boîtiers avec une vitre latérale mais je ne suis pas fan. Oui on voit une partie des composants mais esthétiquement je ne trouve pas cela terrible.

Le seul constructeur qui se démarque vraiment c’est Thermaltake avec deux modèles : les Core P5 et Core P3.

Avouez que ça en jette. C’est le genre de setup que je pourrais regarder tourner pendant des heures comme on pourrait rester planter devant un aquarium. C’est en voyant différentes configurations réalisées avec les Core P5 et Core P3 que je me suis décidé à changer tout le reste de mon setup.

Le Core P3 c’est le petit frère du Core P5. La principale différence entre les deux c’est leur taille. Si vous comptez utiliser deux GPUs ainsi qu’une Custom Loop (solution de Water Cooling personnalisée) le Core P5 est certainement plus approprié. Dans le cas contraire je vous recommande le Core P3. Lorsque j’ai déballé les pièces j’ai été surpris par la taille imposante de ce boîtier. Je ne regrette absolument pas le choix car le P5 aurait été beaucoup trop gros pour moi.

Ce qui m’a décidé c’est évidemment le design. C’est un boîtier totalement ouvert, parfait pour admirer chaque composant de votre configuration. Cependant au dela du design la qualité de fabrication est excellente d’ailleurs ça se sent rien qu’au poids de la bête.

Les disques durs prennent place dans le panneau arrière, il y a de la place pour deux disques de 3″5 et trois de 2″5 (des SSDs par exemple). En ce qui me concerne c’est parfait puisque j’ai un RAID 1 (Mirroir) composé de deux disques mécaniques de 3″5 et deux disques de 2″5 (un SSD et un mécanique). Les disques 2″5 sont visibles une fois le boîtier fermé si vous n’utilisez pas de radiateur pour le Water Cooling ou si vous en utilisez un petit. Dans mon cas le radiateur fait quasiment toute la hauteur du boîtier, ils sont donc invisibles.

C’est serré au niveau du câblage mais ça rentre

Tout est fait pour que le câblage puisse être caché dans le panneau arrière, des ouvertures permettent d’accéder à la carte mère pour réaliser les branchements. Un passe câble se trouve dans le panneau. Cependant ce boîtier offre une configuration très spéciale qui ne facilite pas les branchements : les disques sont les uns à côté des autres au lieu d’être superposés, l’alimentation est assez éloignée des disques et du 12v de la carte mère et le système de water cooling est à côté de la carte mère alors qu’habituellement il se trouve au dessus. Bref il vous faut impérativement une alimentation modulaire avec des câbles suffisamment longs.

L’une des fonctionnalités uniques du Core P3 et du Core P5 c’est la possibilité de placer la carte graphique de face, parallèlement à la carte mère grâce à un support spécial fourni avec le boitier. J’adore cette option qui permet de véritablement mettre en valeur votre GPU d’autant plus que tous les constructeurs font des efforts sur l’esthétique. Dans le cas de ma 1080 GTX Asus quoi de mieux pour admirer les leds qui se trouvent sur la face avant de la carte graphique.

Ce qui m’a déçu c’est l’absence de câble PCI-Express qui permet de relier la carte graphique à la carte mère. Il y a visiblement deux packages différents dont un qui contient un câble fourni par Thermaltake, cependant mon revendeur ne disposait de l’option. De plus après avoir lu pas mal de commentaires sur différents sites, il semblerait quel le câble de Thermaltake pose beaucoup de problèmes (blue screens notamment). Cela paraît idiot mais c’est peu courant de relier sa carte graphique à la carte mère avec un câble, du coup Amazon sera certainement votre meilleure option. En ce qui me concerne j’ai acheté celui-ci : AGPtek PCI-e 16X Slot Riser Card . J’en suis très satisfait même s’il est un peu court. La carte graphique peut être placée plus ou moins en avant, dans la position la plus éloignée de la carte mère le câble est très tendu mais ça passe (au millimètre près). En revanche la qualité de fabrication ne me semble pas formidable alors étant donné le prix du câble (moins de 20$) c’est peut être une bonne idée d’en acheter deux d’un coup d’autant plus que c’est le connecteur lui-même qui soutient la carte graphique.

Water cooling : Thermaltake Water 3.0 Riing RGB 360

Mon processeur commençait vraiment à dater, c’était un Core i5 760 tout à fait honorable à l’époque à laquelle je l’ai acheté… il y a 6 ans. Très souvent il était bloqué à 100% d’utilisation dès que je lançais un jeu un peu gourmand. Le problème c’est qu’il montait à environ 76° c’est à dire quelques degrés au dessus du maximum indiqué par Intel. Il faut dire que le ventilateur de base Intel n’aidait pas.

Du coup une solution de Water Cooling semblait appropriée et puis il fallait bien combler tout cet espace vide dans le Core P3. C’est la première fois que j’allais utiliser du Water Cooling alors je ne savais pas trop vers quelle solution me tourner. J’y suis allé avec du Thermaltake histoire d’être certain que cela allait rentrer parfaitement dans mon boîtier du même constructeur. J’ai choisi la solution All-in-one Thermaltake Water 3.0 Riing RGB 360 encore une fois pour le design avant tout. Encore des LEDS! Malheureusement ce n’est pas compatible avec Asus Aura mais c’est vraiment du plus bel effet. Et franchement avec 3 ventilos de 120mm et un radiateur de 40cm de long, il y a de la marge pour overclocker le CPU!

Le système est très silencieux, il n’y a pas grosse différence de bruit de 400rpm jusqu’au maximum de 1500rpm (si jamais vous entendez un frottement c’est probablement car vous avez serré les vis des ventilateurs un peu trop fort). Dans un boîtier fermé j’imagine que le système doit être quasiment inaudible. Avec un boîtier ouvert évidemment ce n’est pas le cas mais c’est tout de même très confortable. La performance est évidemment au rendez-vous. Si vous cherchez des benchmarks sur Internet vous constaterez que les résultats sont tout simplement bluffants. De toutes façons il y a très peu de systèmes dôtés de 3 ventilateurs.

En revanche je suis déçu par la longueur des tubes. Comme je le disais précédemment le Core P3 a une configuration inhabituelle qui pose quelques problèmes. C’est le cas avec le système de Water cooling, les tubes sont trop courts de un ou deux centimètres pour qu’on puisse tout fixer facilement et sans qu’il y ait trop de tension. Au final c’est jouable mais j’ai été obligé de visser le radiateur en léger décalage par rapport à l’endroit prévu. Si c’était un autre constructeur encore je pourrais comprendre mais là j’ai justement acheté du Thermaltake pour éviter cela.

Les tubes un peu courts obligent à être créatif et à monter la pompe à l’envers

Malgré ce léger bémol j’en suis super satisfait, faites attention tout de même car l’ensemble est tout simplement énorme, il y a très peu de boîtiers dans lesquels cela va rentrer. Une fois encore le Core P3 se démarque de la concurrence puisqu’il peut accueillir ce monstre sans problème.

Le processeur : Core i7 7700K

Je vais pas trop m’attarder sur ce point, je n’ai tout simplement jamais eu de processeur AMD et je pense que cela n’est pas prêt de changer. J’ai opté pour la dernière génération de processeurs Intel nommée Kaby Lake. Etant donné que je souhaitais me faire plaisir avec une config haut de gamme le choix a été assez simple, le 7700K s’impose comme référence. C’est donc une puce de 4.2Ghz en fréquence de base qui monte à 4.5Ghz en mode Turbo. Elle dispose de quatre coeurs évidemment pour un total de 8 Threads avec l’Hyperthreading.

Le K chez intel signifie que le processeur peut être overclocké. Je me suis donc essayé avec l’utilitaire de la carte mère Asus (on en parle plus tard) et j’obtiens 4.8Ghz actuellement. Je m’attendais à pouvoir monter plus haut mais après tout je n’ai pas non plus joué plus de 10 minutes avec les réglages, il y a donc peut-être encore un peu de marge. De toutes façons tout dépend de la chance que vous avez quand vous achetez un processeur, selon la qualité de la puce en question il est possible de monter plus ou moins haut en fréquence tout en étant stable.

Je suis bien entendu satisfait de ce CPU. La différence de prix entre la version K et la version normale n’est vraiment pas énorme alors si vous hésitez je vous conseille tout de même de payer le petit surplus pour obtenir le K. On passe quand même de 3.6Ghz en fréquence de base à 4.2Ghz.

Update: depuis l’écriture de ce post Intel a annoncé ses prochains processeurs pour concurrencer AMD avec des puces allant jusqu’à 16 coeurs pour 32 threads. Est-ce que je regrette le choix de cette plateforme? Non car nous ne sommes pas dans la même gamme de prix tout simplement. De plus le gain de performance va dépendre du type d’application.

La carte mère : Asus Z270 Maximus IX CODE

Une fois le choix du processeur effectué on peut s’orienter sur une carte mère. La première question à se poser c’est le chipset qui nous intéresse. Avec la sortie très récente (Q1 2017) des processeurs Kaby Lake, Intel a également conçu un nouveau chipset Z270 pour faire suite au Z170. C’est un chipset haut de gamme qui supporte l’overclocking bien entendu. Même si vous ne comptez pas utiliser toutes les fonctionnalités du chipset je vous le recommande tout de même car les cartes mères qui l’intègrent sont le plus souvent de bonne qualité.

Le fait que ma carte graphique dispose de LEDs qui peuvent être contrôlées par le système Aura d’ASUS m’a bien évidemment orienté vers ASUS pour trouver une carte mère compatible avec Aura. La bonne nouvelle c’est que la quasi-totalité des cartes ASUS avec l’architecture Z270 disposent du système Aura. La moins bonne nouvelle c’est qu’il y a en a une tripoté de cartes :

  • ASUS PRIME Z270-A
  • ASUS TUF Z270 Mark 1
  • ASUS PRIME Z270-AR
  • ASUS ROG STRIX Z270I
  • ASUS ROG STRIX Z270G
  • ASUS ROG STRIX Z270E
  • ASUS ROG Maximus IX Hero
  • ASUS ROG Maximus IX Code
  • ASUS ROG Maximus IX APEX
  • ASUS ROG Maximus IX Formula

J’ai vraiment passé plusieurs jours à chercher le bon modèle pour mon setup. Au tout début je pensais prendre la PRIME Z270 qui est l’un des modèles les moins chers avec chipset Z270 chez Asus et Aura Sync. Puis je me suis orienté vers une série un peu plus avancée : les ROG STRIX et plus particulièrement la Z270E. Je vais pas rentrer dans les détails car en ce qui concerne les cartes mères il y a un paquet de caractéristiques cependant il n’y a pas non plus des différences si grandes que cela en terme de performances entre les différents modèles.

Au final ce sont les fonctionnalités avancées d’overclocking et de gaming des cartes ROG Maximus IX qui m’ont le plus attiré. C’est évident il y a une grosse différence de prix et c’est vraiment pas le style de carte que vous allez mettre dans le PC de papi (à moi qu’il soit pro-gamer à la retraite). Soyons clairs on paie ici le prix fort sous prétexte que ce soit du matériel « gaming ». Mais si vous avez le budget alors vous ne serez pas déçu.

J’ai voulu prendre le plus haut modèle, la ASUS ROG Maximus IX Formula mais mon revendeur local n’en avait aucune en stock. De plus après avoir regardé en détail les différences avec les modèles juste en dessous je me suis rendu compte que la ASUS ROG Maximus IX CODE m’offrait toutes les fonctionnalités qui m’intéressaient de la Formula mais pour 100$ moins cher. La seule grosse différence entre les deux cartes c’est la possibilité d’utiliser du Water Cooling pour refroidir les MOFSET de la carte mère mais cela nécessite un système totalement personnalisé de Water Cooling. Etant donné que je ne voulais pas me lancer là dedans le choix a été rapide. Si vous hésitez entre la CODE ou la Hero c’est le Wifi qui fait la différence.

Bref choix compliqué mais pas déçu du résultat. Le design de la carte est absolument superbe, encore une fois c’était important dans mon cas étant donné le boitier ouvert. Le système de LED Aura est de la partie bien qu’un peu trop discret à mon gout. En revanche il est totalement configurable comme celui de la carte graphique grâce à un logiciel qui permet de synchroniser les effets de lumière de la carte graphique, de la carte mère et (spoiler alert!) de la mémoire vive. La construction est de très bonne qualité, un bouclier protège l’ensemble de la carte.

Le détail qui tue, il est possible d’afficher la température du CPU en temps réel sur la carte mère

En dehors de la qualité de fabrication, du design et du système Aura voici les points qui m’intéressaient : la possibilité de brancher deux SSD M.2, le support de mémoire DDR4 overclockée jusqu’à 4133Mhz, contrôleur RAID 0, 1 et 5, le Wifi a/b/n intégré (même si mon routeur est à proximité de ma tour), une gestion des systèmes de Water Cooling All-in-one (branchement pour la pompe par exemple) et enfin une suite logiciel complète pour overclocker facilement tout le setup. Pas déçu du tout puisqu’en quelques minutes je montais mon Core-i7 à 4.8Ghz en à peine quelques cilcs et sans avoir besoin de connaître quoi que ce soit dans le domaine.

Les disques durs : Samsung 960 EVO M.2 250Gb en RAID 0

Bon jusque-là vous serez d’accord sur le fait que ça commence à être une belle machine tout ça. Cependant au quotidien il y a des composants qui font une différence beaucoup plus importante que d’autres. La carte mère par exemple, bien qu’elle soit très haut de gamme, ce n’est pas elle qui va vraiment changer la vitesse à laquelle les applications vont se lancer. Il en va de même pour le processeur, la différence entre un Core i7 à 2.8Ghz ou un Core i7 à 4.2Ghz ne se ressent pas forcément en usage normal. Cependant lorsque nos vieux disques mécaniques ont été remplacés peu à peu par des SSDs alors là n’importe qui pouvait ressentir la différence de performance et cela même sans forcément utiliser des applications très gourmandes. Il faut dire que les disques durs n’évoluaient pas du tout au même rythme que celui des autres composants. Ils étaient alors le « bottleneck » de nos machines.

Nous nous sommes donc habitués aux SSDs, du moins pour les disques sur lesquels les systèmes d’exploitation et les logiciels sont installés. Cependant ces disques ont vite été limités par le bus utilisé, le SATA qui avait été conçu pour des disques mécaniques. Aujourd’hui le format M.2 permet d’accéder à l’interface PCI-Express x4 et ne présente donc plus de goulot d’étranglement. On trouve désormais de nombreux constructeurs qui proposent des disques SSD au format M.2 à des prix attractifs et je ne saurais que vous le recommander. Les performances sont hallucinantes.

Evidemment il vous faut une carte mère qui supporte le M.2, c’est un critère important à prendre en compte. Faites attention M.2 désigne le format des disques (ils ressemblent à de petites barrettes de mémoire vive) cependant différentes interfaces peuvent être utilisées par le M.2. Si votre disque est au format M.2 mais utilise du SATA, il n’y a pas de gain de vitesse en comparaison avec un SSD classique 2″5. Assurez-vous de choisir un disque qui supporte PCI-Express x4 (c’est le cas de la grande majorité des M.2 aujourd’hui).

Dans mon cas j’ai opté pour le Samsung 960 Evo 250Gb. C’est un super rapport qualité prix puisque pour environ 170$ CAD on a un disque qui affiche une vitesse de lecture séquentielle de 3200MB/s et 1500MB/s en écriture séquentielle d’après Samsung. Oui on parle bien de 3Gb/s en lecture. Ca dépote les amis! Pour vous donner une idée le Samsung 850 Pro qui est un SSD assez haut de gamme mais SATA monte à (seulement) 550Mb/s. Bref c’est un autre monde.

Alors histoire de s’amuser j’ai configuré les deux disques M.2 en RAID 0. Bon normalement si vous êtes encore en train de lire ce post vous devriez savoir ce qu’est un RAID 0 mais pour les autres cela me fait plaisir de l’expliquer.

A sauter si vous savez ce qu’est un RAID 0.
Pour faire simple en RAID 0 les capacités des disques qui font partie du RAID sont additionnées. Ainsi deux disques de 250Gb en RAID 0 seront vus par Windows comme un seul disque de 500Gb. C’est évidemment bien pratique mais cela permet également de gagner en performance. En effet lorsque un fichier est écrit sur le disque, le contrôleur RAID va répartir l’information sur les deux disques. Etant donné que l’opération se fait en parallèle et que chaque disque à donc deux fois moins à écrire, en théorie on va 2 fois plus vite. Et c’est également le cas lorsqu’on souhaite lire des données pour les mêmes raisons. Cependant dans la pratique on obtient tout de même pas le double de vitesse car il faut bien réaliser des traitements supplémentaires pour gérer le RAID.

La question est donc de savoir si ça valait le coup. Et bien je ne sais pas si on voit vraiment une différence au quotidien mais bordel que ça torche en benchmark!

Si je n’avais utilisé qu’un seul disque les performances en lecture seraient bien meilleures d’environ 30% pour les benchmarks 4K Q32 T1, Sequential et 4K. C’est pas si mal mais par contre en écriture on passe tout simplement du simple au double! C’est donc toute une différence d’être en RAID 0 et étant donné le prix des disques ce serait vraiment dommage de s’en priver d’autant plus que cela double votre capacité de stockage.

La mémoire vive : G.Skill Trident Z RGB F4-360016D 16Gb (2x8Gb)

Alors à la base je voulais 64Gb de RAM pour cette machine, j’ai en effet 32Gb de RAM dans mon laptop de travail alors cela me paraissait la moindre des choses. Cependant étant donné le coût de la mémoire que je voulais j’ai finalement opté pour deux kits de 2x8Gb ce qui me donne donc 32Gb au total. C’est largement suffisant pour jouer à n’importe quel jeu, largement suffisant également pour de l’édition photo et vidéo. C’est en revanche correct pour développer sur les plateformes que j’utilise au boulot mais sans plus (64Gb aurait été parfait). Mais bon comme je travaille finalement très peu sur cette machine ce n’est pas un problème.

Si vous avez suivi vous aurez remarqué que ma carte graphique et ma carte mère disposent de LEDs qui sont synchronisées par le système Aura d’ASUS. Mon système de Water Cooling bien qu’indépendant de la plateforme d’Asus dispose également de LEDs qui peuvent adopter n’importe quelle couleur. J’ai donc évidemment sélectionné de la mémoire vive illuminée par des LEDs. A ma connaissance G.SKILL est actuellement le seul fabricant à proposer de la mémoire avec des LEDs compatibles avec ASUS Aura. OK c’est totalement inutile mais c’est tout simplement magnifique. C’est une barre complète qui recouvre le dessus de la barrette et qui contient 4 LEDs différentes. On obtient des effets superbes. C’est le composant de loin le plus beau de tout le setup et également le plus lumineux.

Rainbow Effect!!! En vrai ça bouge et c’est magnifique.

 

Alors c’est beau certes mais en plus ça envoie du paté! Il existe différentes versions, celle que j’ai choisit est overclockée à 3600Mhz et affiche des timings très performants de 16-16-16. Bref là encore pas de compromis. Evidemment il faut une carte mère qui supporte une telle vitesse ce qui est bien entendu le cas de la Maximus IX Code.

L’alimentation : Corsair RM850

Certes ce n’est pas le composant qui fait rêvé une alim, pourtant il est préférable de ne pas faire le radin quand à son achat surtout si vous montez une machine performante. Une alimentation médiocre ne sera probablement pas capable de fournir le Wattage indiqué ce qui provoquera de nombreux problèmes si vous vous approchez de la limite. De plus une alimentation surchargée s’use plus vite car elle surchauffe et cela peut même aller jusqu’à la brûler. Il ne faut pas oublier que le processeur et la mémoire vive notamment ont besoin d’une tension et d’une puissance éléctriques très précises. Bien qu’il y ait des composants au niveau de la carte mère chargés de réguler le courant, il est tout de même nécessaire que l’alimentation produise des valeurs les plus proches possibles de celles attendues par les différents composants du système. Dans le cas contraire il ne faut pas s’étonner si la machine ne se comporte pas comme prévu (blue screen par exemple).

Pour mon setup je souhaitais une alimentation modulaire c’est à dire qui offre la possibilité de ne connecter que les câbles utilisés. Cela permet d’obtenir une configuration un peu plus propre tout en gagnant de l’espace dans le boîtier. J’avais également la crainte de ne pas avoir des câbles assez longs. Le Core P3 est un boîtier qui permet de faire passer tous les cables dans le panneau arrière et de les sortir à proximité des connecteurs. Cependant cela prend quelques centimètres de plus que de passer les câbles directement de l’alimentation aux connecteurs. L’avantage avec une alimentation modulaire c’est qu’il est plus facile de remplacer un câble trop court.

Au final j’ai sélectionné une alimentation Corsair RM850 car la réputation de la marque n’est plus à faire. 850 Watts c’est largement suffisant c’est même bien au dessus de ce qui est nécessaire par rapport aux composants de ma configuration ce qui offre une tranquilité d’esprit. L’unité est de qualité, les câbles également. Concernant ces derniers j’ai réussi à tous les planquer dans le panneau arrière non sans mal mais cela passe.

Conclusion

Au final c’est évidemment une configuration haut de gamme donc qui affiche un prix élevé mais les résultats sont clairement à la hauteur. Windows démarre en moins de 10 secondes (4 secondes à partir du moment où le POST est effectué). Toutes les applications s’exécutent extrêmement rapidement.

En ce qui concerne le gaming les performances sont également au rendez-vous grâce au GPU de NVIDIA. Ghost Recon Wildlands tourne presque à fond en 1080p à 60fps (notez à quel point ce jeu est gourmand en ressources, même une 1080 Ti ne permet pas d’y jouer en 4Kà fond).

Quand au look de l’ensemble il est tout simplement à la hauteur des performances. Le boîtier est génial car il permet vraiment de profiter des LEDs des différents composants. Cette configuration ne passe pas inaperçue sans aucun doute.

 

 

6 réflexions au sujet de « Config de Gaming 2017 »

  1. J’ai l’impression qu’avec cet article tu as allié tes deux passions:l’informatique et l’image. Bravo

    1. C’est exactement cela. L’écriture de ce billet était une bonne excuse pour photographier cette machine. C’était également l’occasion de tester de nouvelles techniques 🙂

  2. Énorme !! Du Benji 🙂 dans ces grandes œuvres no compromise 😀 !
    T’arrive à lancer un solitaire ? ou le pc tombe en déprime instantanément avec BSOD ( VIDEO_SCHEDULER_ERROR : Unused Power Gonna Sleep, 100% ).

    Bisous à vous

    1. Hé hé. Heureusement Ghost Recon Wildlands est là. Il y a tellement d’effets de lumière que ça en devient injouable 😛

      La bise

    1. Merci!
      En ce qui me concerne j’ai 3 écrans ASUS 27″ 1ms (VP278H-P). Je cherchais des écrans pour me monter un setup de simulation de course. La diagonale de 27″ c’était pas mal le plus grand pour que les 3 écrans tiennent sur le bureau. Je ne souhaitais pas investir dans du 4K car le but était de pouvoir jouer sur les 3 écrans ce qui est pour le moment impossible en 3x4K alors que c’est tout à fait faisable en 3x1080p (5760×1080). J’en suis satisfait mais ce ne sont pas des écrans de très grande qualité, c’est plutôt un bon rapport qualité / prix pour jouer mais pas idéal pour de la photo ou vidéo. D’ailleurs je développe le plus souvent mes photos dans Lightroom avec ma Surface Book qui a un écran bien meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.